Sélectionner une page

 6 conseils pour aider un enfant en crise

 

 

Que celui/ celle qui n’a pas vécu la situation suivante, nous jette la première couche !

Vous faîtes vos courses au supermarché avec votre bout de chou. Tout se passe bien jusqu’à ce que vous lui disiez de reposer le paquet de chips qu’il vient d’attraper. Et là, c’est le drame ! Il se jette au sol, se roule par terre, tape des pieds, le tout en hurlant comme jamais… Les autres clients vous toisent d’un regard noir -au mieux- ; ou vous lâchent un « Pfff ! Encore un enfant mal élevé ! Les parents, ils ne savent vraiment plus gérer leurs gosses aujourd’hui ! ». Rouge de honte, vous tentez de calmer votre chérubin – qui redouble ses hurlements lorsque vous l’approchez – et vous vous dîtes que la solution la plus simple serait de lui acheter ce paquet de chips pour que la crise cesse ! Grave erreur !

Breaking news, chers parents ! Arrêtez de culpabiliser, les crises sont NORMALES ! C’est même une étape dans la construction de l’enfant. A partir de 18 mois, l’enfant développe son autonomie. Il manque de mots pour s’exprimer et a du mal à gérer ses émotions. Lui acheter ce paquet de chips ne résoudrait rien. Bien au contraire ! Arrivé en caisse, il recommencera à se rouler par terre lorsque vous lui refuserez le paquet de bonbons.  Ok, mais alors, on fait quoi ?

Pas de panique, keep my BB arrive à la rescousse ! Voici 6 conseils pour vous aider… et l’aider!

 

  1. Analysez la situation 

 Avant d’agir, il est important d’observer ce qui a pu mettre l’enfant dans un tel état.  Et cela passe par la compréhension. Questionnez l’enfant. Faites-le parler de ce qui a pu le contrarier. Précision : au préalable, vous l’aurez calmé dans la douceur. Il faut qu’il soit en état de vous écouter ! Laissez passer la crise avant d’entamer le dialogue !

  1. Ne cédez pas !

Peu importe ce que pensent les autres ! Terminez vos courses avec votre enfant qui hurle s’il le faut, mais ne cédez pas ! Sinon, il comprendra que ses crises lui permettent d’obtenir ce qu’il veut et elles se multiplieront !

  1. Agissez en restant ferme 

Les débordements nécessitent de votre part une attitude adaptée. Il est important que vous ne vous laissiez pas complètement submerger par la situation. Optez pour un ton ferme et certain. Faites-lui comprendre que son attitude n’est pas correcte. Ré-expliquez-lui les règles de vie. Ainsi, vous aurez de nouveau posé les limites.

  1. Répondre à la crise dans le calme 

Œil pour œil, dent pour dent, cris pour cris ? Quelle attitude avoir face à un enfant qui hurle et refuse de se calmer ? Ne vous laissez surtout pas vaincre par vos instincts primaires. Refuser tout rapport de force avec l’enfant. Rien de tel pour envenimer la crise que de se laisser aller en répondant aux cris par les cris. On dit souvent que les enfants sont des éponges. Imaginez que vous lui répondiez par les cris, il pensera que s’exprimer se fait uniquement à travers cette attitude. L’enfant doit sentir, sans que vous n’ayez besoin de hurler, que vous maîtrisez la situation. C’est pour cela qu’il est important d’agir dans la bienveillance et la compréhension.

  1. Aider votre enfant à mettre des mots sur ses émotions.

Une fois la crise terminée, aidez votre enfant à parler ce qui s’est passé. « Tu étais en colère parce que tu voulais ce paquet de chips ? Moi, je suis ta maman et je sais ce qui est bon pour toi. Si tu veux on choisira ensemble des aliments pour que tu grandisses bien ! »

 

  1. D’une manière générale, pour prévenir la crise :
  • Respectez son rythme : les heures de repas, de coucher, de sieste.
  • Offrez-lui la possibilité de s’exprimer. Par exemple, le matin, faîte lui choisir une tenue parmi trois que vous aurez sélectionnées au préalable.