Sélectionner une page

 Parents angoissés : comment gérer au mieux?

 

Lorsqu’ils arrivent à laisser leur enfant – après trois ou quatre faux départs, c’est le cœur serré et les yeux embués. Puis, toute la journée, ils vont appeler : Es-ce-que mon enfant a bien mangé ? A – t – il fait la sieste ? Est-ce que je peux lui parler ? Pas toujours facile de laisser son enfant à la crèche…  Si cette réaction est compréhensible dans un premier temps, elle ne doit pas perdurer dans le temps. Explication.

 

Il est naturel pour un parent de ressentir de l’inquiétude à la perspective de faire garder son enfant en crèche. Le but de l’équipe de crèche va être de rassurer le parent sur ce mode de garde. Cela passe par la familiarisation. Cette étape est cruciale et ne doit pas être négligée. On accompagne le parent dans ce nouvel univers et on répond à ses craintes. (Cf article familiarisation). Ce temps de familiarisation permet aux parents et à l’enfant de s’adapter au lieu, aux méthodes. Si, passé ce stade, l’angoisse persiste, il est nécessaire de convenir d’un rendez-vous avec le parent.  « Le stress des parents rejaillit sur leur enfant, nous explique Sarah, directrice de crèche. Sans s’en rendre compte, ils insufflent chez leur enfant un sentiment d’insécurité et de réticence par rapport à la crèche. Pour le bien-être de l’enfant, il est important de comprendre ce qui inquiète les parents. »

Ne pas laisser le stress s’installer !

« Dès qu’on détecte une contrariété, il ne faut pas attendre pour prendre rendez-vous avec un parent angoissé, poursuit Sarah.  Plus on laisse la situation en suspens, plus la frustration du parent augmentera. » Le rendez-vous ne doit pas se faire par téléphone, c’est trop impersonnel.  Il est nécessaire de rencontrer physiquement le(s) parent(s). Recevoir un parent c’est se consacrer entièrement à lui afin de répondre au mieux à ses questionnements : « Le personnel de la crèche laisse la parole au parent. Il est à l’écoute de son ressenti, de ce qui le dérange ou ne comprend pas ». 

C’est suite à cette discussion et à la compréhension de ce qui pose problème que l’équipe pourra apporter des solutions aux parents « Nous réexpliquons de notre côté le fonctionnement de la crèche et les contraintes d’organisation de services. Les parents idéalisent souvent la crèche. Certes, c’est une chance d’évoluer en collectivité mais ils ont tendance à oublier qu’une professionnelle s’occupe de 8 enfants ! »

L’intervention d’un tiers est parfois nécessaire

Un enfant qui pleure le matin pendant toute la période de familiarisation ou après avoir passé des vacances avec ses parents, c’est tout à fait normal. Un enfant qui pleure tous les matins pendant plusieurs semaines, c’est parfois un signe que quelque chose ne va pas. « La séparation est un moment difficile. Pour rassurer l’enfant durant l’éloignement avec le parent, on le distrait avec des activités, des chansons, on le rassure avec son doudou, sa tétine. Dans la plupart des cas, il cesse de pleurer très rapidement. S’il l’enfant pleure toute la journée pendant plusieurs jours, nous faisons intervenir un psychologue qui va rencontrer les parents et l’enfant. Il est important de comprendre pourquoi l’enfant ne s’autorise pas à être bien à la crèche.  Parfois, plusieurs entretiens sont nécessaires mais souvent une séance permet de débloquer la situation. »